Biodiversité

Présentation de l’ABC

Nous avons reçu un avis favorable pour la réalisation d’un Atlas de la Biodiversité Communale au sein de notre territoire. Ce projet est financé par l’Agence Française de la Biodiversité et a pour objectif de mettre en avant la richesse de notre patrimoine naturel et permettra :

  • D’améliorer les connaissances naturalistes en réalisant un inventaire de la faune et de la flore
  • D’identifier les menaces par rapport aux habitats prioritaires et aux espèces protégées
  • De Sensibiliser le public à la protection de la nature et lui faire connaitre son patrimoine naturel

Les habitats naturels

La commune de San Martinu di Lota est située géographiquement sur la façade orientale du Cap Corse (à la base du Cap). Son territoire s’étend sur 9,6 Km² de la mer à la montagne (dont le point culminant est le Monte Pinatelle à 984 mètres). Il présente de ce fait une grande diversité d’habitats : habitat marin avec près de 3 km de côtes, habitat lacustre au débouché des rivières, habitat forestier avec des forêts de chênes verts et de châtaigniers, habitat montagneux ouvert à semi-ouvert avec une crête asylvatique.

La commune présente deux Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de grande importance au sein de la microrégion du Cap Corse :

  • La ZNIEFF de type 1 : crêtes asylvatiques du Cap Corse. Elles englobent la quasi-totalité de la crête centrale du Cap Corse. Elles représentent un système écologique singulier, avec une certaine homogénéité des milieux et des paysages rencontrés, par sa richesse faunistique et floristique.
  • La ZNIEFF de type 2 : chênaie verte du Cap Corse. Au nombre de onze et de superficie plus ou moins importantes ces chênaies sont dispersées sur la longueur du Cap Corse. Elles représentent les derniers vestiges d’une végétation qui recouvrait en grande partie les montagnes et les versants de cette région. Ravagées par les incendies, les chênaies subsistent actuellement dans les vallons, près des villages. Les Znieff de type 2 constituent de grands ensembles naturels et possèdent un rôle fonctionnel ainsi qu’une cohérence écologique et paysagère.

Sciences participatives

Le terme de « sciences participatives » désigne des programmes de recherche mis en place pour favoriser la participation des citoyens à l’observation de phénomènes scientifiques (tout type de domaines possibles ; comme l’observation de la biodiversité, du climat, des saisons, de la pollution…) et ainsi récolter tout au long de l’année un maximum de données utiles aux gestionnaires et scientifiques. Chacun d’entre vous peut être un relais indispensable pour aider à la connaissance et protéger la nature qui nous entoure.  Toutes les informations concernant la répartition et l’habitat des espèces ciblées par une enquête sont précieuses. Au quotidien, chez vous ou lors de vos promenades en nature, vous pouvez repérer et observer ces espèces et nous en faire part !
Grâce au partage de vos observations, il sera ainsi possible de mieux comprendre les évolutions en cours et d’établir des stratégies pour mieux conserver ces espèces remarquables/menacées ou invasives. Plus nous sommes nombreux à participer, plus nous récoltons des données utiles pour les gestionnaires !